01 février 2018

LA LETTRE BOULEVARD VOLTAIRE -

POLITIQUE

POPULARITÉ : MACRON SE CRASHE DANS L’OUEST ET PHILIPPE EST EN PERTE DE VITESSE DANS LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE

Petit trou d’air passager ou désaffection plus profonde ?

Tout semblait sourire au couple exécutif, selon l’expression des commentateurs. La croissance économique était enfin revenue – avec un époustouflant 1,9 % – et la France était de retour – à Davos, tout au moins. Mais voilà que le baromètre mensuel de BVA pour Orange et La Tribuneenregistre une forte baisse de popularité pour MM. Macron et Philippe. Tous deux repassent sous la barre des 50 % d’opinions favorables. À des scores tout de même fort honorables que leurs prédécesseurs auraient aimé faire en leur temps.

Si on regarde de près, l’un et l’autre sont en net recul au sein de la partie la plus populaire de l’électorat : -10 % chez les demandeurs d’emploi et –12 % dans les foyers vivant avec moins de 1.500 € par mois, pour le Président, qui conforte ainsi son image de « Président des riches ».

Mais il est particulièrement intéressant d’analyser les détails de cette baisse nette et conjointe de la popularité des deux hommes autrement que sous l’angle du niveau de revenus : la géographie. Ainsi le Président subit-il un effondrement dans la France de l’Ouest, cette France modérée, centriste et socialiste, qui s’est jetée comme un seul homme dans les bras du macronisme. Si 66 % des habitants des Pays de la Loire et de la Bretagne lui faisaient confiance en décembre, ils ne sont plus que 34 % en janvier ! Il s’agit bien d’un crash, essentiellement lié à la « trahison » du Président Macron au sujet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il n’a pas tenu sa promesse, il n’a pas fait ce qu’il avait dit, contrairement à ce qu’il prétend sans cesse.

Quant à M. Philippe, il est aussi tiré vers le bas par un autre boulet, qui pourrait d’ailleurs s’alourdir encore au fur et à mesure que se répandent le mécontentement et la mobilisation à ce sujet : le passage aux 80 km/h sur les routes nationales. Il perd 12 points chez les habitants des zones rurales, les plus touchés par cette mesure.

Cette baisse de popularité du Président et du Premier ministre, modulée selon les données géographiques (grandes métropoles/province) et sociales (hauts revenus/Français populaires), est d’ailleurs confirmée par les résultats des législatives partielles de dimanche dernier. À Belfort comme à Pontoise, les candidats de la majorité ont perdu exactement ces 5-7 points.

Le résultat du second tour de dimanche prochain nous en apprendra plus sur cette baisse : petit trou d’air passager ou désaffection plus profonde ?

On peut aussi compter sur M. Macron, qui a fondé toute sa stratégie politique sur une communication segmentée et ciblée en fonction des « niches » auxquelles il s’adresse, pour rapidement nous parler breton, boire du cidre et visiter un EHPAD à… Cholet, conduit par un député LREM pestant contre cette mesure des 80 km/h. Histoire de renouer avec une certaine France dont la colère est… en marche.

POUR ALLER PLUS LOIN

Posté par ewilliam à - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur LA LETTRE BOULEVARD VOLTAIRE -

Nouveau commentaire