Blog de Villedaixenprovence.fr

24 avril 2017

La France est un pays qui va très mal (info # 012304/17) [Analyse] Par Guy Millière © Metula News Agency

Copyright © 2017 Metula News Agency – Informations utiles en fin d’article

 

L’élément tragique de l’homme moderne, ce n’est pas qu’il ignore le sens de la vie, c’est que cela le dérange de moins en moins (Vaclav Havel)

 

Pour s’acquitter du paiement de son abonnement à la na, cliquez [ICI]

 

La France est un pays qui va très mal (info # 012304/17) [Analyse]

Par Guy Millière © Metula News Agency

 

Quand cet article paraîtra, le premier tour de l’élection présidentielle française battra son plein. J’ignore qui seront les candidats en lice pour le second tour, et peu m’importe, car ce à quoi je tiens a déjà perdu.

 

Aucun des quatre candidats principaux n’ose dire qu’il défend les valeurs de la civilisation occidentale : au mieux, certains d’entre eux diront qu’ils défendent les “valeurs françaises”, sans aller plus loin et sans expliquer en quoi celles-ci consistent exactement.

 

Aucun des quatre candidats principaux n’ose se définir comme faisant partie du même ensemble civilisationnel que les Etats-Unis, ce qui est préoccupant dès lors que les Etats-Unis sont la principale puissance de la civilisation occidentale, et la seule au sein de la civilisation occidentale à même de résister à ceux qui veulent la détruire.

 

Aucun des quatre candidats principaux n’ose, a fortiori, afficher son amitié pour Israël, ce qui me semble très symbolique dès lors qu’Israël est un pays que tout partisan de la civilisation occidentale devrait défendre, parce qu’il est une démocratie en première ligne face au fanatisme, au totalitarisme et à la haine. Au mieux, un candidat pourra dire qu’il est “favorable à la sécurité d’Israël”, en ajoutant aussitôt qu’il est pour la création rapide d’un Etat palestinien, donc pour la création rapide d’un Etat terroriste voué à la destruction d’Israël.

 

 

 

Un scénario proche de "Soumission", de Michel Houellebecq ?

 

Aucun des quatre candidats principaux ne propose une lutte efficace contre le terrorisme islamique et l’islamisation du pays. Deux d’entre eux, ceux issus de la gauche, évacuent totalement la question, ou presque, et ce fut flagrant au moment de l’attentat sur les Champs Elysées jeudi : l’un parle de la “violence” en général, en oubliant qu’il en a souvent été l’adepte, l’autre tient les propos flous et transparents qui le caractérisent. Les deux candidats de droite font mieux, mais Marine Le Pen propose une fermeture des frontières impossible à mettre en œuvre dans le contexte présent (combien d’agents de la police des frontières faudrait-il recruter, et quand seraient-ils opérationnels ?), et François Fillon suggère un combat contre l’islamisme "au côté de l’Iran", ennemi principal d’Israël, soutien primordial du Hamas et du Hezbollah. Sans commentaire.

 

L’un des quatre candidats, celui qui tient des propos flous et transparents, est, il y a peu, allé en Algérie, pays gouverné par un parti arrivé au pouvoir par le terrorisme et le crime contre l’humanité. Il a profité de l’opportunité pour dire que la colonisation française avait été un crime contre l’humanité. Je le prenais jusqu’à ce moment pour un candidat factice, mais il a montré à Alger qu’il se conduisait en complice des massacres de harkis et de pieds noirs, et il a d’ailleurs reçu les compliments de l’Etat Islamique pour ses belles paroles. Qu’il puisse être en lice pour devenir président suffit à me donner la nausée.

 

Un autre candidat, celui qui parle de la “violence”, est pire encore. Admirateur de criminels tels que Hugo Chavez, Fidel Castro ou Yasser Arafat, il a osé, dans une émission de télévision, juste après l’attaque islamique antisémite entre l’Hypercasher de la Porte de Saint Mandé refuser d’incriminer l’extrémisme islamique, mais ne s’est pas privé d’incriminer “l’extrémisme juif”. Un antisémite n’aurait pu que se délecter de ses mots. Qu’il puisse attirer tant d’électeurs potentiels suscite en moi un intense dégoût.

 

Marine Le Pen a été, je le dis parce que c’est un fait, la seule à oser incriminer le seul antisémitisme qui tue en France aujourd’hui, l’antisémitisme islamique. Elle a été la seule à oser parler de l’assassinat de Sarah Halimi, une femme médecin juive assassinée par un musulman “radicalisé” qui la traitait régulièrement de “sale juive” et qui est maintenant considéré comme un malade mental. Elle est malheureusement à la tête d’un parti fort peu présentable et a un programme économique très proche de celui de l’admirateur d’Hugo Chavez, Fidel Castro et Yasser Arafat.

 

Reste François Fillon. Même si son programme économique est moins mauvais que celui des trois autres, je ne peux oublier, outre ses suggestions d’alliance avec l’Iran, des propos qu’il a tenus dans un passé pas du tout lointain sur la communauté juive (censée selon lui n’avoir pas toujours respecté “toutes les règles de la République”) et sur Israël (“menace pour la paix mondiale”). Lors, quand bien même Fillon tiendrait d’autres propos aujourd’hui, je ne pourrais m’empêcher de penser qu’il s’agirait de paroles de circonstance.

 

Je comprends le désarroi de mes amis Juifs français. Je ne peux que leur conseiller, plutôt que voter au deuxième tour, de voter avec les pieds, en se déplaçant et en partant.

 

Il n’est pas facile de partir, je sais. Néanmoins, le peuple juif a un pays superbe, libre, démocratique, prospère, dynamique et fort. Des assassins peuvent agir dans ce pays, mais des assassins peuvent aussi agir en France.

 

Un ancien Premier ministre a dit que la France ne serait plus la France sans sa population juive.

 

Dès aujourd’hui, on peut légitimement se demander si la France est encore la France et ce qu’est vraiment la France.

 

Un pays où les quatre principaux candidats à une élection présidentielle sont les candidats dont je viens de parler est un pays qui va très mal.

 

Je ne m’attends pas, quel que soit le prochain président français, à ce que quoi que ce soit s’améliore.

 

Je pourrais voter pour un candidat libéral en économie, conservateur au sens américain du terme, donc défenseur du droit naturel des êtres humains et de la démocratie libérale face aux périls totalitaires, ennemi clair et net de tous les antisémitisme et de tous les racismes, défenseur sans détours ni circonlocutions de la civilisation occidentale en tant que civilisation judéo-chrétienne.

 

Ce candidat n’existe pas. Je crains qu’il ne puisse exister dans la France d’aujourd’hui.

 

Je crains aussi qu’un scénario proche de celui décrit dans le roman Soumission, de Michel Houellebecq se réalise, et qu’en 2022, il y ait bien pire encore que les quatre candidats en lice ce dimanche pour l’accession au second tour de l’élection présidentielle française.

 

 

Posté par ewilliam à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 mars 2017

CIMETIERE DE PANTIN : ANALYSE ER EPILOGUE

 

Cimetière de Pantin : analyse et épilogue (info # 012803/17) [Analyse]

Par Stéphane Juffa

 

Depuis plus d’une semaine, précisément depuis le lundi 20 courant, la polémique enflait au sein de la communauté juive de Paris. Qu’est-ce qui a causé la destruction d’une quinzaine de tombes dans le carré israélite du cimetière de Pantin ?

 

 

 

Un évènement banal ?

 

Deux raisons à cette dispute : le sentiment – c’est plus qu’une impression – d’être les laissés-pour-compte de l’appareil étatique qui, en cette veille d’élection présidentielle, drague les citoyens français de confession musulmane de manière presque obsessionnelle ; il n’est que d’entendre les discours de Mélenchon, d’Hamon et de Macron pour s’en persuader, ainsi que la passivité du gouvernement face à ceux qui détestent et menacent les Juifs en public.

 

Les autorités viennent ainsi d’autoriser une manifestation organisée par la CAPJPO Euro-Palestine contre ce qu’elle appelle l’ "occupation et la colonisation de la Palestine", pour la "participation à la campagne BDS" de boycott d’Israël, pourtant décrétée illégale par le gouvernement, mais aussi  "plus que jamais" pour la "séparation du CRIF et de l’Etat !" et la "dissolution de la LDJ !". Pour ceux qui auraient un doute, ces mots d’ordre se retrouvent sur le site Web de la CAPJPO.

 

Avec l’offensive visant le CRIF, le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, on franchit cette fois la frontière illusoire entre l’antisionisme et l’antisémitisme. C’est l’assurance de voir scander, samedi prochain, en toute légalité, des slogans en faveur de la destruction de l’Etat hébreu et au détriment de la communauté la plus républicaine et pacifique de France. Avec, de plus, un grand risque de voir des enragés hurler "A mort les Juifs" ou "Juif, tire-toi, la France n’est pas à toi", comme c’est déjà arrivé dans ce genre de manifestations.

 

Les autorités auraient même demandé à la petite communauté israélite des Loubavitch de fermer sa permanence parisienne située non loin du passage de la manifestation, pour en faciliter le déroulement. On comprend, dans ces conditions, qu’il ne fait pas bon, par les temps qui courent, être un Israélite français en général, parisien, en particulier.

 

Autre raison de la dispute, la communication médiocre de la ville de Paris, de la police et des institutions représentant les Israélites. A l’instar de celle de la mairie :

 

"Lundi 20 mars, une voiture conduite par un particulier dans une allée du cimetière de Pantin a refusé la priorité à un camion de la ville de Paris. Pour éviter une violente collision, l’agent municipal qui conduisait le camion a été contraint de faire sortir son véhicule de la route. Contournant les arbres qui bordaient la chaussée, il a heurté treize sépultures confessionnelles situées dans la 48e division, avant de marquer enfin l’arrêt".

 

Des sépultures... confessionnelles ? Face à l’émoi d’une communauté qui découvre les tombes de ses membres éclatées, comme à la suite d’un bombardement ou d’un cataclysme, des pierres déplacées découvrant la fosse où les êtres chers sont enterrés, tout ce que les services de Madame Hidalgo ont été capables de faire fut de parler des circonstances de l’accident, sans un mot de sympathie. En oblitérant le fait que la victime, c’était une fois de plus la communauté juive, comme si sa foi était une maladie honteuse, comme s’ils ignoraient les nombreuses profanations volontaires d’autres cimetières français par des antisémites ces derniers temps ? On parlera à tout le moins d’un extraordinaire manque de sensibilité.

 

Et la police, face à la surprise et aux interrogations, qui, à la place de hâter son enquête et de publier un rapport circonstancié avec photos et témoignages à l’appui, ne serait-ce que pour tordre le coup à la rumeur naissante, traîne les pieds et n’a toujours pas publié son document de synthèse plus d’une semaine après les faits.

 

Quant au CRIF, au Grand Rabbinat et aux autres représentants de la communauté, leur mode de communication a cent ans de retard. D’abord, ils se trompent de cible en stigmatisant le trouble qui a envahi leur propre communauté, et dont ils ne saisissent ostensiblement pas la profondeur de la blessure – ils parlent d’un "simple fait divers" ! – ainsi que l’exigence d’explications claires et rassurantes. On le distingue bien dans la note du président du CRIF, Francis Kalifat : "Un simple fait divers, qui s’est produit lundi dernier et qui avait été traité comme tel toute la semaine, s’est transformé en délire digital pendant le week-end (…). Cela est riche d’enseignements. Nous apprenons comment un événement, certes regrettable mais banal (sic), peut enfler en rumeur sur les réseaux sociaux".

 

Kalifat, qui pense mettre fin aux doutes en affirmant : "Je me suis entretenu avec la personne accidentée. C'est bien à la suite d'un accident que le camion a renversé les tombes".

 

Face aux multiples interrogations légitimes qui entourent l’affaire, ce que les Israélites parisiens attendent, ce n’est précisément pas ce type de messages soi-disant apaisants, ce sont des faits, des preuves. Car les indices sont bouleversants : outre la communication calamiteuse, les personnes qui se rendent sur place – dont la reporter de la Ména Patricia La Mosca et de nombreux lecteurs et amis de l’agence - ne parviennent pas à mettre en adéquation l’ampleur des dégâts et le fait qu’ils auraient pu être causés par un seul camion. Patricia, qui observe que dans ce cimetière multiconfessionnel, c’est uniquement la parcelle réservée aux Juifs qui a été dégradée, me fait même cette confidence au téléphone : "Là, ils nous prennent clairement pour des cons !".

 

Et puis il y a un arbre, intact, qui aurait dû se trouver sur le parcours du camion, et un buisson abîmé, mais du mauvais côté, comme si le camion était sorti du cimetière et non le contraire. Et ces ouï-dire des responsables communautaires, qui avancent comme autant de témoignages indiscutables : "Je vous dis que…", "J’ai vu des témoins", "J’ai rencontré le gardien du cimetière, qui m’a dit que..", "Même le Grand rabbin l’a dit, vous mettez la parole du Grand rabbin de France en doute ?".

 

On oublie facilement que, par les temps qui courent, nul n’est au-dessus du soupçon, et qu’un Grand rabbin de France avait été contraint de démissionner en 2013, car il n’avait jamais obtenu d’agrégation de philosophie comme il l’avait laissé entendre.

 

La colère grondait, l’impression très nette d’être floué, qui atteignait jusqu’au député Meyer Habib, se lâchant sur un réseau social en ces termes : "On pourrait savoir ce qui s’est réellement passé au cimetière de Pantin ! On nous cache des choses et là ça devient inacceptable".

 

Hier, lundi, sur Facebook, on en arrivait quasiment aux insultes personnelles entre ceux qui endossaient la thèse officielle de l’accident et ceux qui la contestaient. Je fus moi-même pris à parti pour avoir refusé de conclure sans plus attendre à la malveillance déguisée en accident de la route. Un ami dont je respecte la perspicacité me reprochait de devenir plus diplomate que journaliste. Le débat commençait à s’éparpiller, ce qui m’amena à envisager une preuve facile à produire, qui permettrait de trancher dans la controverse : oubliant intentionnellement tous les autres éléments du questionnement, je conclus que, soit il existait des images, non pas de l’accident, ce qui peut arriver, mais de l’enlèvement du camion d’entre les pierres tombales, cela constituerait une preuve suffisante pour accréditer la thèse officielle. Il n’était pas envisageable, en effet, que la police – et au moins elle -  ne photographie pas le désencastrement du poids lourd. A l’opposé, si ces images n’existaient pas, si les "autorités" n’étaient pas en mesure de les produire, la thèse de la malveillance semblerait la plus plausible.

 

 

 

Le camion, enchevêtré parmi les sépultures

 

J’avais pris l’engagement que, dans la seconde éventualité, la Ména ouvrirait une enquête à Paris et que nous découvririons la vérité. Je comptais, il est vrai, sur nos spécialistes de l’analyse de l’image et sur nos amis physiciens, qui ont fait du chemin depuis qu’ils ont dévoilé l’imposture de la Controverse de Nétzarim (Affaire Mohamed Dura), au début des années 2 000.

 

Puis, comme par enchantement, très vite, nous avons reçu les photos du camion enchevêtré dans les tombes. Jusqu’à ce matin, sans savoir qui les avait prises [mais cela n’a pas d’importance], elles n’ont cessé de nous parvenir par messages personnels. Lors, Francis Kalifat et ses amis auraient tort de continuer à stigmatiser la curiosité des gens et de les accuser de je ne sais quel complot, car mon impression à froid en découvrant les images était que le camion était trop petit, et surtout trop peu endommagé – juste un phare latéral cassé – pour avoir pu causer un carnage aussi massif. Des dizaines de pièces de marbre, de plusieurs centaines de kilos chacune, renversées par un camion pratiquement intact, qui s’est, de surplus, arrêté des mètres avant d’entrer en collision avec les pierres tombales les plus éloignées, cela n’avait vraiment pas l’air concluant.

 

Vers une heure du matin, heure d’Israël, la nuit dernière, j’ai réveillé les collaborateurs scientifiques de la Ména, en leur soumettant les deux thèses, oralement et par écrit, sans autre forme de commentaire. Aucun d’entre les trois n’avait suivi l’affaire, deux savaient uniquement "qu’il s’était passé quelque chose dans un cimetière juif à Paris".

 

Une heure après la réception des deux premières photos, j’obtins la confirmation de mon équipe qu’elles étaient authentiques (techniquement pas modifiées). Puis les scientifiques ont passé sept heures à effectuer une simulation digitalisée de l’ "accident". Au début de cette après-midi de mardi, utilisant l’un de nos logiciels maison, ils étaient parvenus à réaliser près de 90% des dégâts en lançant le camion jusqu’à l’endroit où il s’est immobilisé. Cela signifie que les pierres tombales au sol correspondent à 90% à ce que l’on distingue sur les photos actuelles des dégâts. Pour les professionnels, dont je ne suis pas, cela signifie également, au-delà de tout doute sensé, que c’est bien le camion qui apparaît sur les images qui a causé la destruction des tombes et non un acte de malveillance.

 

Dans la reconstitution (qui nécessite l’installation de notre logiciel) on voit très clairement qu’il y a eu un effet domino ; une première pierre verticale de masse imposante ayant été heurtée par l’avant du camion, en a percuté une autre, qui est tombée sur une troisième, qui, en chutant, a déplacé un couvercle de catafalque, etc.

 

Le résultat est celui que l’on voit sur les photos.

 

 

 

Une roue s’est arrêtée dans une tombe

 

Je m’inquiétai du fait que ces énormes pierres soient tombées "si facilement". Ce à quoi le physicien me répondit que le calage de ces pierres n’est en principe pas prévu pour résister à des camions, et que les camions ne circulent généralement pas dans les travées des cimetières. Il est prévu qu’elles résistent au vent et aux tremblements de terre, c’est suffisant. Pour en avoir le cœur net, j’ai appelé ce matin un directeur local de la Khévra kadisha, l’entreprise générale des pompes funèbres israéliennes, qui m’a confirmé les affirmations du physicien.  

 

C’est presque tout. Enquête terminée. Le doute raisonnable ne subsiste pas. L’affaire nous enseigne à nouveau de ne pas confondre les indices, les intuitions et les preuves.

 

Presque tout parce qu’il manque un dernier volet : à la Ména, la science prime dans l’analyse, car on ne discute pas contre les lois de la physique. Mais ensuite, une autre réflexion s’impose et corrobore le travail des techniciens : l’enlèvement du camion a eu lieu de jour, il n’y a que le carré des tombes endommagées qui était interdit au public par un simple ruban rouge. Sans faire de procès d’intention à personne ni distribuer des certificats d’angélisme, il est difficile d’imaginer que les autorités municipales ou nationales auraient pris le risque énorme de faire entrer un camion dans un domaine public et de le positionner au milieu de tombes juives. Si cela fuitait, c’était un séisme de 10 sur l’échelle de Richter assuré, et un méga-scandale ingérable avant les élections.

 

 

 

Une trace de pneu qui a permis de reconstituer précisément la trajectoire du camion

 

Et placer l’une des roues du camion dans une tombe (regardez les photos)… vous parlez d’une profanation ! Non plus commise par un groupe de néo-nazis ou d’islamistes, mais par l’Etat français. Et encore, on distingue au moins trois employés qui assistent ou participent à l’enlèvement du camion : si la Ména avait dû enquêter sur place, elle aurait commencé par les identifier et les interviewer ; et ce ne sont pas des politiciens, s’il y avait eu magouille, nous n’aurions pas eu beaucoup de peine à les faire craquer, et on imagine aisément la suite.

 

Les photos de l’enlèvement ont ainsi conduit, comme je l’imaginais, à l’élucidation du dilemme en quelques heures. En fait, on avait atteint notre conviction à 4h du matin, nous avons finalisé l’enquête par engagement professionnel, parce que c’est ainsi que l’on procède quand on fait les choses sérieusement.

 

Je remercie Claude Namer, qui s’est rendu deux fois sur place et nous a remis le matériel visuel qui nous était nécessaire, découvrant les traces de pneus du camion et reconstituant fidèlement son trajet. Merci aussi à Eber Haddad, qui nous a fourni les clés ayant conduit à la solution de l’énigme.   

 

Posté par ewilliam à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

VOYAGES LECLERC -

Visualiser la version en ligne de cet e-mail 

Bonjour William Elbez,
votre agence VOYAGES E.LECLERC a sélectionné pour vous, 
des vacances qui vous ressemblent !
Laissez-vous guider par nos bons plans...

 

 

 

 




IM094110026

(1) Prix par personne, à partir de, base chambre double au départ de Paris, Bordeaux, Lille, Lyon et Nantes à certaines dates sur vols spéciaux Volotea, Transavia pour le séjour à Corfou, au départ de Paris, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Toulouse à certaines dates sur vols spéciaux Europe Airpost, Travel Service pour le séjour en Crète, au départ de Paris, Bordeaux, Lyon, Nantes et Toulouse à certaines dates sur vols spéciaux Enter Air, Travel Service, Aegean Airlines pour le séjour à Rhodes, au départ de Paris et Lyon à certaines dates sur vols spéciaux TUI Fly pour le séjour à Kos. Séjour 8 jours/7 nuits en club 4* (normes du pays) et formule tout inclus. Taxes d’aéroports et de sécurité et taxe de solidarité obligatoires (105 € vers Corfou, 54 à 75 € vers la Crète, 112 à 117 € vers Rhodes, 70 € vers Kos, à ce jour, révisables), inclus. Non compris : les dépenses personnelles et les assurances Mondial Assistance. Prix établis au 27/12/16. 

(2) Prix par personne à partir de, base chambre double. Séjour 7 nuits en demi-pension. Non compris : les dépenses personnelles, les assurances Mondial Assistance. Prix établis au 20/03/17. 

(3) Prix par personne à partir de, base chambre double. Circuit 7 nuits (+2 nuits en vol) repas selon programme. Non compris : les dépenses personnelles, les assurances Mondial Assistance. Prix établis au 20/03/17. 

(4) Prix par personne à partir de, base chambre double. Circuit 7 nuits repas selon programme. Non compris : les dépenses personnelles, les assurances Mondial Assistance. Prix établis au 20/03/17.

(5) Prix par personne à partir de, base chambre double. Séjour 7 nuits en formule tout inclus. Non compris : les dépenses personnelles, les assurances Mondial Assistance. Prix établis au 22/02/17.



Mentions légales : Leclerc Voyages IM094110026 (siège). Prix sous réserve d'augmentations ultérieures, de modifications des dates de départ et dans la limite des disponibilités. Crédit photos : Stocklib / R. Musser - Voyamar - Asia / Graphic Obsession - Ailleurs - Thalasso n°1. Les conditions générales et particulières de vente sont celles des organisateurs techniques : Héliades IM 013100024 - Jet tours IM 092100061 - Thalasso N°1 IM075110150 - TUI France IM 093120002 - Voyamar IM069100031 - Asia IM075100203 - Thalasso n°1IM075110150 - Ailleurs IM069100041 - Euro Disney Vacances SAS IM077100030. Programme détaillé, détail des prestations incluses, suppléments éventuels, conditions générales et particulières de ventes : consulter votre agence Voyages E.Leclerc. Les conditions générales de vente : articles R211-3 à R211-11 du code du tourisme sont consultables dans votre agence et figurent sur votre bulletin d'inscription. 

Vous désabonner

Posté par ewilliam à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2017

Et si on parlait du curieux emploi d’Hidalgo, qui a coûté 600.000 euros en 10 ans…

Fw: Hidalgo ...
B
brice4315@gmail.com
Boîte de réception
 
 
From: jacqueline
Sent: Wednesday, March 8, 2017 2:10 PM
Subject: Hidalgo ...
 
 

Et si on parlait du curieux emploi d’Hidalgo, qui a coûté 600.000 euros en 10 ans…

 
Publié le 7 mars 2017 - par Serge Federbusch - 24 commentaires - 3 989 vues

A une époque où on parle beaucoup d’emplois fictifs, il nous a paru intéressant de contacter Serge Federbusch, l’homme qui connaît sans doute le mieux les pratiques de la mairie de Paris, sous Delanoé, puis Hidalgo. Il nous en dit des choses intéressantes…


Riposte Laïque : Vous êtes président du Parti des Libertés, ancien socialiste devenu aujourd’hui, à travers votre site Delanopolis, un opposant déterminé de la Mairie de Paris, qu’elle soit dirigée par Delanoë ou par Hidalgo. Quel a été le déclic, qui vous a fait quitter les socialistes parisiens ?

Serge Federbusch : D’abord des considérations de politique nationale au moment des présidentielles de 2007. Voir le PS devenir le parti de la bourgeoisie d’Etat, un ramassis de clientélistes de bas étage et d’hypocrites dont l’unique ambition est de vivre confortablement en parasite dans l’énorme bureaucratie qu’ils sécrètent et confortent, cela devenait difficile à supporter.

D’autant qu’après avoir longtemps vécu à l’étranger j’ai vu à quel point une cure de libéralisme dans le soi-disant état providence qui n’est qu’un état mammouth est désormais nécessaire en France.

A cela s’est ajouté le triste spectacle de l’avilissement du socialisme parisien dans la com’ et les compromissions douteuses avec de grands groupes privés (Decaux, Unibail, LVMH…) sous Delanoë. Cette dérive a entraîné des choix catastrophique pour Paris, notamment dans le dossier des Halles que j’ai suivi de près.

Riposte Laïque : Vous qualifiez souvent la Ville de Paris de première agence de communication de France, en citant des chiffres étonnants. Pensez-vous, puisque le débat est d’actualité, qu’il puisse y avoir des emplois fictifs dans tout ce lot, et en élargissant à la Mairie de Paris ?

Serge Federbusch : Des pratiques parfois douteuses de l’ère Chirac-Tibéri, on est passé au clientélisme au stade industriel avec les socialistes, communistes et Verts.

Une kyrielle d’associations reçoit des centaines de millions d’euros de subventions annuelles, des dizaines de milliers de logements sont attribués à des populations sociologiquement ciblées pour voter pour le PS, notamment celles d’origine immigrée, de nombreux journalistes sont aussi logés par la ville et ses satellites ce qui assure une belle quiétude à la mairie dans les médias : elle ne risque pas les reportages dérangeants ! Tout cela forme ce que j’ai appelé la Voix de son maire, un système fondé sur la com’, le clientélisme et le communautarisme. C’est la gauche « Coclico ».

Riposte Laïque : Dans un article publié sur le site Atlantico, vous évoquez, dans ce registre, le cas d’Anne Hidalgo, quand elle était payée comme inspectrice du Travail. Vous pouvez nous en dire davantage ?

Serge Federbusch : Je vous renvoie pour les détails à cet article mais, en gros, Hidalgo a été payée pendant des années à la fois comme inspectrice du travail à temps plein, première adjointe en charge de l’urbanisme à la mairie et conseillère régionale. Les deux premières fonctions ne sont pas déjà compatibles avec un agenda normal, alors avec la troisième ! En plus, elle était secrétaire nationale du PS chargée de la culture. Quand on cherche des traces de son travail à l’inspection, on n’en trouve pas. J’ai publiquement posé la question depuis trois ans : aucune réponse ! Il faut voir que son job ectoplasmique à l’inspection du travail a coûté à l’Etat plus de 600 000 euros sur dix ans et qu’il lui a au surplus permis de prendre une retraite à 52 ans ! C’est un scandale pire que celui de Pénélope Fillon mais chut ! Pas un mot dans la presse. Etonnant, non ?

Riposte Laïque : Comment le président du Parti des Libertés, juge-t-il les événements qui émaillent la campagne présidentielle, et notamment la probable prochaine mise en examen de François Fillon et la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, coupable, selon les députés européens, d’avoir diffusé des photos barbares des agissements de l’Etat islamique ?

Serge Federbusch : Ce qui est reproché à Fillon doit malheureusement avoir une certaine consistance. Il s’est fait prendre, ce qui est dommage pour lui et encore plus pour la droite. L’affaire des photos mises en ligne par Le Pen me semble en revanche relever du pinaillage et du coup monté : elle l’a fait pour répondre à une attaque l’assimilant à Daech. C’est de l’hypocrisie pure et simple cette procédure… En revanche, sur les questions de financement du FN, les choses sont sans doute moins claires, mais tous les partis sans exception magouillent, notamment à Bruxelles, vache à lait bien commode.

Riposte Laïque : La candidature Macron, et sa possible victoire, vous dérange-t-elle ?

Serge Federbusch : Macron, c’est un joker de l’oligarchie, un télévangéliste-banquier, un clone de Hollande. S’il l’emporte il faut espérer qu’il entraînera le vieux système vermoulu dont il est l’habit neuf dans la débâcle. Un mal pour un bien ?

Riposte Laïque : Le Parti des Libertés aura-t-il les moyens de présenter des candidats aux prochaines législatives ?

Serge Federbusch : Il ne faut concevoir ces élections qu’en termes d’alliance pour un petit parti comme le nôtre. Pour l’heure aucune n’est satisfaisante.

Riposte Laïque : Quelque chose à ajouter, M. le Président ?

Serge Federbusch : Vive la France !

Propos recueillis par Pierre Cassen

 

Posté par ewilliam à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2017

UNE PARTIE DU SOMMAIRE DE LA VILLE D'AIX EN PROVENCE LA FLORENCE PROVENCALE -

VISITE DE LA VILLE

VISITEURS EN LIGNE

Nous avons 7 invités et aucun membre en ligne

Posté par ewilliam à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 mars 2017

L ' A I X D E D E M A I N -

VISITE DE LA VILLE

VISITEURS EN LIGNE

Nous avons 4 invités et aucun membre en ligne

LES GUIDES

 

 

 

 

 

 

 

 

LA ROTONDE

INFOS

 

AIX DEMAIN

APPLICATION VILLE D'AIX

AIX DE DEMAIN

 Aix de Demain 

 

 

Aix Ville fascinante aux multiples visages, ville mosaïque , qui renferme une multitude de lieux incontournables, qui par pudeur a su cacher, places, avenues, pavillons, hôtels particuliers, et des espaces et monuments

 

où chaque endroit est une réelle mine culturelle, au détour encore des ruelles de la ville , chacun d’entre nous peut encore découvrir, observer , les murs, les sols, les couleurs , empreintes du temps.

 

Aix Capitale de la Provence , si bien qu’on la surnomme LA FLORENCE PROVENÇALE   a su préserver et sauvegarder sa culture, son patrimoine,  et malgré tout quelques poumons verts , véritable bulle d’oxygene.

 

Depuis quelques années, certes quelques parcs et jardins on été préservés au cœur de la cité, mais la palme est et restera La SAINTE VICTOIRE , même si cette dernière se situe dans la campagne Aixoise; son aura,

 

est très largement vue jusque depuis le centre ville d’où on peut l’admirer depuis différents endroits tels que le toit du Grand Théâtre de Provence, et autres….

 

 

Hôtel de Caumont, transformé prochainement en un musée d' exception :

 

 

 

Aix à su préserver et sauvegarder, sa culture, son patrimoine, son économie et sa fiscalité, tout en évoluant dans la modernité.

La municipalité d' aujourd'hui à ouvert de grands projets, en cours de réalisation et dont certains dans un avenir plus ou moins proche.

 

 


 

En voici quelques uns :

 

PROJET BIFURCATION A8/A51

 

PLACE MADELEINE-PRECHEURS-VERDUN

 

RENOVATION PISCINE YVES BLANC

 

L'ARENA DU PAYS D'AIX

 

La Provence : Un nouveau Projet à la Duranne! ( 1 clic )

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur ces projets, nous vous invitons à visiter le site de la mairie et feuiller son magazine dédié Aix en dialogue :

L E   P A A D /  P L U    VILLE D'AIX EN PROVENCE

 

 

Cliquez-ici pour y accéder

 

 

 

 

AIX DE DEMAIN

 

CONSULTEZ LE MAGAZINE D'INFORMATION DE LA VILLE N°11  (JANVIER-FEVRIER 2016)

 

 

Les magazines

Cliquez sur les images !

 

 

 

 

 

 

 

Métropôle Aix Marseille Provence

 

 

LA VILLE DE DEMAIN SE DESSINE AUJOURD'HUI

 

aix : la "provençale tech" prend forme
 

Après Marseille, Axelle Lemaire, la secrétaire d'État au Numérique, a fait escale à Aix pour faire le point sur le label

Economie - Aix : la Provençale Tech prend forme

Axelle Lemaire, secrétaire d'État au Numérique et Maryse Joissains, maire d'Aix, complices, ont parlé des projets aixois de la French Tech, comme celui de campus de Voyage Privé. PHOTOS ÉDOUARD COULOT

 

En déplacement officiel à Aix et Marseille, Axelle Lemaire a mangé du numérique toute la journée d'hier.Pour une secrétaire d'État en charge de ce portefeuille, c'est un peu normal, me direz-vous. Qu'importe ! Un véritable marathon d'échanges et de rencontres rondement mené : la matinée dans la cité phocéenne, l'après-midi dans la cité du Roy René, à la découverte des initiatives et des hommes, porteurs du projet French Tech provençal. Un mois après avoir octroyé ce précieux label au territoire d'Aix-Marseille, Axelle Lemaire a donc tenu sa promesse en rendant visite aux géants et jeunes pousses du secteur numérique qui regroupe 7 000 entreprises (soit 40 000 emplois).

Après le technopôle de Château-Gombert et le pôle média de La Belle-de-Mai à Marseille, c'est en mairie d'Aix que la ministre avait rendez-vous pour s'immerger dans le projet du groupe Voyage privé (l'un des neuf dossiers de la French Tech locale). "C'est un beau projet que l'État a accepté de labelliser, a souligné Maryse Joissains, maire d'Aix. Et ça va marcher." Le ton est donné.

Vidéo à l'appui, Alexandre Gallese, adjoint à l'urbanisme, a présenté "le site du futur pôle numérique d'Aix qui doit s'intégrer au coeur de la Zac de la Constance, située entre le Jas de Bouffan et le futur grand stade de rugby. C'est un choix urbain, social et économique." La Zac accueillera 3 500 logements et 8 000 m2 de commerces et services. "Ce quartier aura une identité particulièrement marquée par le pôle numérique qui doit s'étendre sur 7 hectares."

 

 

Maryse Joissains souligne l'intérêt du projet

C'est donc sur ce pôle numérique que doit se développer le projet Voyage privé labellisé French Tech. Denis Philipon et Christophe Serna, deux des quatre cofondateurs, ont d'abord rappelé l'histoire du groupe. Créé en 2006, le site de voyages en ligne compte aujourd'hui 350 collaborateurs dont 250 à Aix, réalise 430 M€ de chiffre d'affaires, avec pour objectif 500 en 2015 et un milliard d'ici à cinq ans (dont 60 % à l'international). "Nous faisons voyager 1,5 million de personnes, constate Denis Philipon, le PDG. Et la force de notre groupe est que tous nos collaborateurs sont actionnaires de leur entreprise."

De cette solidarité d'entreprise et travail d'équipes sont nés plusieurs projets comme celui de l'École des XV qui prend en charge trois fois par semaine des enfants issus de quartiers difficiles (soutien scolaire, initiation au rugby...). Mais Voyage Privé a voulu aller plus loin en intégrant sur un même site, le siège du groupe, un centre d'entraînement de rugby de haut niveau, une université e-tourisme ou encore la fondation École des XV et un accélérateur pour accueillir les start-up du secteur de l'e-tourisme. "Nous allons aider des jeunes pousses de notre secteur d'activité, poursuit Denis Philipon. Pendant un mois, elles bénéficieront, à travers notre incubateur, du savoir-faire de nos meilleurs spécialistes. Cela n'aurait pas de sens si ce n'était pas réuni sur un même site."

Maryse Joissains a souligné tout l'intérêt du projet qui repose sur les valeurs véhiculées par le rugby et qui s'inscrit également comme facteur de "tranquillité sociale".

Axelle Lemaire a pris des notes, s'est intéressée de près à l'ensemble du projet urbain de la Constance et a posé de nombreuses questions aux cofondateurs de Voyage Privé sur la croissance et le développement du groupe. "Nous avons désormais deux objectifs, a expliqué Denis Philipon, c'est d'être le premier en Europe en attaquant le marché anglais, puis ensuite le marché allemand." La secrétaire d'État a continué cet échange durant plusieurs minutes en précisant "qu'elle essayait de promouvoir auprès des entreprises et des territoires ce modèle d'initiative qui intègre un incubateur."

Également de passage à Aix pour suivre la visite de la ministre, Daniel Sperling, adjoint au maire de Marseille en charge du développement du numérique, a précisé que la Ville de Marseille avait validé "l'instauration d'un conseil territorial du numérique regroupant les collectivités, les entreprises partenaires et les acteurs de la recherche et formation. Le label French Tech n'est accordé que pour un an. Nous sommes allées chercher ce label, il faut le conserver." MPM et la Ville de Marseille se sont déjà engagées à verser chacune 100 000 €.

Interrogée sur le dossier, Maryse Joissains est restée prudente quant à la participation d'Aix : "Il faut en parler, il faut voir ce que l'on nous propose. On veut tout de même garder la main sur le projet French Tech."

Retrouvez également dans La Provence édition Aix et dans l'édition Abonnés : "THECAMP VA IMAGINER LA VILLE CONNECTÉE DE DEMAIN"

 

Geneviève Vanlede

 

Posté par ewilliam à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

CULTURE VILLE D'AIX EN PROVENCE LA FLORENCE PROVENCALE -

VISITE DE LA VILLE

VISITEURS EN LIGNE

Nous avons 2 invités et aucun membre en ligne

LES GUIDES

 

 

 

 

 

 

 

 

LA ROTONDE

INFOS

 

AIX DEMAIN

APPLICATION VILLE D'AIX

CULTURE A AIX

LA CULTURE à AIX !

BLOG CULTURE PATRIMOINE

DAIMYMOTION WEB TV CULTURE

Découvrez la culture Aixoise en musique ! ( 1 clic )

LE GRAND THEATRE DE PROVENCE FUTURE SALLE PLEYEL DE PROVENCE

Histoire d' Aix :

 

Il était une fois une petite ville au coeur de la Provence, qui s' appelée autrefois ' Aqua Sextiae', pleine de charme qui suscite cette attirance dans le monde entier ? Peut-être ce patrimoine, ou encore les remous de l'histoire de cette ville ?

Ancienne capitale des Comtes de Provence, où nous découvrons vestiges et monuments, comme la cathédrale St sauveur ou l' Atelier Cezanne, hôtels particuliers aux façades qui illuminent le cours mirabeau, où le quartier Mazarin qui réunit un concentré de l' esprit Aixois, ainsi que ces musées héritages vivant de la mémoire d' Aix à l' image du Musée Granet et Vasarely  !

Voir, Toucher, Sentir, Ecouter dans ses théatres, sur ces placettes, près de ses nombreuses fontaines, où s' enlacent cygnes, chérubins et dauphins, nombreuses sont les possibilités de flâner à Aix en Provence !

 

Aussi les touristes s' arrêtent passer à Aix en Provence quelques jours pour visiter ses remarquables atouts, c'est aussi pour les aixois vivre dans une cité plein de contrastes, se laisser séduire par un art de vivre raffiné et réussir à capter toute la magie qui émane des lieux.

Aix en Provence reste un lieu culturel privilégié en Provence, de Cézanne en passant par le Roy Renéla ville d’ Aix en Provence regorge de références culturelles. Vous y trouverez également plusieurs manifestations culturelles comme : Le festival d’ art lyrique ou encore la période de Noël et les rencontres du neuvième art !


Essayez de Flâner en touriste et en toute liberté, vous découvrirez aussi tous les trésors du patrimoine à ciel ouvert de notre bonne ville du Roi René avec nos musées tel que Vasarely, le grand théatre de provence ou le pavillon noirles monuments historiques et protégés de la ville d' Aix ou encore profitez des nuits aux musées durant le printemps à Aix
.

 

Retrouvez toute la culture en un clic avec Culture 13 ! Le portail culturel du conseil général. ( 1 clic )

 

 

AGENDA SPECTACLE ET RESERVATION EN LIGNE AU PASINO VILLE D'AIX EN PROVENCE

3 THEATRES - 3 LIEUX

LES 3 THEATRES - AGENDA

 

Puis Aix en provence, c'est aussi Cezanne et Ste Victoire, cette montagne emblématique que le maître Aixois à peint avec obsession. Aujourd'hui encore la Ste Victoire, continue à fasciner les marcheurs tout au long de l' année pour contempler ces paysages, ces ambiances, qui as également séduit les peintres.

 

CULTURE MAISON DES JEUNES AIX JAQUES PREVERT

 

Photo : http://www.univ-amu.fr/fr/presentation-luniversite

 

 

AGENDA CULTUREL - FETE DE LA MUSIQUE DANS LA RUE

AIX JOURNEES DU PATRIMOINE SAMEDI & DIMANCHE 15/16 SEPTEMBRE 21012

AIX MUSIQUE DANS LA RUE

 

Retrouvez nos liens utiles sur la culture Aixoises :

CULTURE BOX - LES DESSINS D'ARAGON

 

 

LES SORTIES CULTURELLES DE LA VILLE D'AIX EN PROVENCE

 

L'AGENDA CULTUREL DE LA VILLE D'AIX

 

Les Lieux de cultes aixois :

 

  

Centre Evangelique Aix en Provence | Culte musulman |Synagogue |Temple des protestans d' Aix en provence |Paroisse d' Aix en Provence | Cathédrale d' Aix en ProvenceDiocèse aix et pays d' Aix

 

Notre patrimoine et les musées :

 

LE PATRIMOINE AVEC UNESCO !

 

NUITS AUX MUSEES |LES MONUMENTS PROTEGES A AIX EN PROVENCE | L'Atelier Cézanne | Le musée Granet | La Fondation Vasarély | Museum d'Histoire naturelle |Académie d'Aix en Provence | Musées, sites et espaces culturels | Patrimoine d' Aix-en-Provence Histoire et Patrimoine à Aix-en-Provence | Jurnées du Patrimoine |Site de la Cathédrale Saint-Sauveur | Notreprovence : L'identité de la Provence, culture et traditions | Les lycées Vauvenargues : Histoire et Patrimoine architectural |Patrimoine architectural en Provence-Alpes-Côte d'Azur | Photothèque Livre-Provence | Histoires Marseillaises | Le Quartier Mazarin, un concentré de l'esprit Aixois |Les Sites Web de la culture provençale | Portail Aix-en-Provence | AixPression

 

 

 

 

Les universités et écoles :

 

 

 

Université de Provence | Institut d'études politiques d'Aix en Provence | Université Paul Cézanne | Université de la Méditerranée | Les Universités à Aix en Provence | Faculté des Sciences Luminy (Marseille) |Faculté de Médecine de Marseille | IUT d'Aix-en-Provence | L'étudiant | Studyrama | L'Onisep | Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers | Faculté de Droit et de Science politique | IUT en ligne d'Aix-en-Provence | IEFEE, Cours de Français pour les étrangers | Ecole Nationale Supérieure des Sapeurs Pompiers | La nouvelle Ecole supérieure d' Arts :

 

 

Les  cinemas Aixois :

Cinémas aixois | Cinémas à aix en provence : Aix by night | Allociné

 


La Danse et la musique à Aix en provence :

 

 

VIDEO FESTIVAL INTERNATIONAL D'ART LYRIQUE 2012

Le Pavillon noir, le ballet Preljocaj | France Danse | Ecoles de Danse sur Aix-en-Provence | Rock' Caliente : Danse Rock'n'Roll et Salsa à Aix-en-Provence | Aix en musique | La Lyre Aixoise | Le Festival d'Aix-en-Provence | Site Académique de Musique [ Fête de la Musique à Aix-en-Provence [ Ecole de Musique MUSICA Aix | Les Petits chanteurs d'Aix-en-Provence : Discographie |Les Petits chanteurs d'Aix-en-Provence : Le Site | Les Petits chanteurs d'Aix-en-Provence : Emission de Michel Drucker | Les Petits chanteurs d'Aix-en-Provence : Vidéos | Les Petits chanteurs d'Aix-en-Provence à la Croix de Bois | Bestofparoles |Delamusic | Guitare Débutant | 1001 Musiques | Ext Music Ext Music |

 

La Culture sur internet :

 

 

La Bibliothèque Nationale de France (BNF) | Insecula, Guide intégral du voyageur | L'Encyclopédie Quid | L'Encyclopédie Larousse | L'Institut de France | L'Encyclopédie Encarta |Van Gogh Museum | Dmaine National du Château de Chambord | L'Encyclopédie Universalis | Le Ministère de la culture | Le musée Picasso | Le Centre Pompidou, Musée national d'Art moderne et d'art contemporain | Table ronde sur Léonard | La fondation Berger | Art Aujourd'hui Info | Magazine de Photographie | Evene : Citations | La Boutique des envies | Les Grands peintres | Création et Internet

 

Le portail de la culture

La ville des Grands Hommes

Les Aixois célèbres

Les Grands Aixois

 

VILLE D'AIX EN PROVENCE - CULTURE ET PATRIMOINE

 

BLOGUE CULTURE PATRIMOINE VILLE D'AIX EN PROVENCE   ( 1 Clic  )

 

AIX NEWS   :   Les revues culturelles

- Ent' Revues   ( 1 Clic )

 

DE GO' MET CULTURE

Cultures

 

 

LES BALETS PRELJOCAL PAVILLON NOIR AVE GOOGLE

 

BALLET PRELJOCAJ

www.preljocaj.org/  
  
Traduire cette page

Calendrier des représentations

g.u.i.d > calendrier des représentations ... Organisé par ...

Autour des spectacles

À l'occasion des trente ans du Ballet ... organisées autour des ...

Spectacles

pavillon noir > spectacles. media/pavillon_noir ...

Pavillon Noir

pavillon noir > tarifs et abonnements. pavillon noir ...

Nous contacter

... espace professionnel | nous contacter | FR | GB | |. accueil ...

Russia

| newsletter | espace professionnel | nous contacter | FR | GB ...

Tournées

| newsletter | espace professionnel | nous contacter | FR | GB | |

Angelin Preljocaj

Né en France en 1957, de parents albanais, Angelin Preljocaj ...

Les CCN en France

ccn. logo ccn. Survolez les points pour ... 18 des 19 CCN en ...

En milieu scolaire

action culturelle > en milieu scolaire ... une politique ...

Posté par ewilliam à 11:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

VILLE D'AIX EN PROVENCE LA FLORENCE PROVENCALE -

 

VISITE DE LA VILLE

VISITEURS EN LIGNE

Nous avons 8 invités et aucun membre en ligne

LES GUIDES

 

 

 

 

 

 

 

 

LA ROTONDE

INFOS

 

AIX DEMAIN

APPLICATION VILLE D'AIX

Posté par ewilliam à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

PAYS D'AIX METROPOLE -

) de recevoir vos newsletters, ajoutez communication@agglo-paysdaix.fr à votre carnet d'adresses. Si vous avez des difficultés à lire cet e-mail, cliquez ici.

Mars 2017
Le 29 mars 2017

Découvrez le CFA du Pays d'Aix

Le 29 mars, le Centre de formation des apprentis du Pays d'Aix accueille le public de 9h à 12h30 et de 13h30 à 16h. 70% de ses apprentis trouvent un emploi en CDI à l’issue de leur formation.

Venez découvrir les 22 diplômes répartis sur 11 métiers dans les secteurs de l'automobile, des services et du goût.
Déchets
Le 01 mars 2017

Une plateforme pour les végétaux aux Pennes-Mirabeau

Actualités
Ouverture le 1er mars 2017La Grande Colle Est - 13 170 Les Pennes-Mirabeau (face à la déchèterie)Du lundi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 17het les ...
Déchets
Le 01 mars 2017

Le quartier aixois de Célony passe au biflux

Actualités
Dans le cadre de l’évolution de la collecte sélective des déchets ménagers sur le territoire du Pays d’Aix, le quartier aixois de Célony passe à son ...
Emploi - Formation
Le 02 mars 2017

Cnam et Pays d’Aix au plus près des entreprises

Actualités
Le centre régional Provence Alpes Côte d’Azur du Conservatoire national des Arts et métiers (CNAM), en partenariat avec le Territoire du Pays d’Aix ...
 

Posté par ewilliam à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]